L’Auto-stop : 5 raisons d’essayer

L’auto-stop ou hitchhiking en anglais, est une pratique tombée quelque peu en désuétude. C’est du moins ce qu’il ressort de pas mal de conversation que j’ai pu avoir dans plusieurs pays d’Europe : il y avait bien plus d’auto-stoppeurs avant.

D’ailleurs, en trois ans de stop assidu, les auto-stoppeurs rencontrés sur les routes d’Europe de l’Ouest se comptent sur les doigts d’une main. Est-ce pour autant que cela fonctionnait mieux avant qu’aujourd’hui ? Apparemment, non. Beaucoup d’anciens auto-stoppeurs (aujourd’hui automobilistes) ont connu les galères de l’auto-stoppeur d’aujourd’hui… Les quelques heures d’attente sur le bord d’une route, se faire virer au péage par la police…

Il n’empêche, la pratique perdure et quelques individus parfois taxés d’inconscient, fou, dangereux marginal ou courageux voyageur (au choix) continuent de faire du pouce. Pourquoi ? Car c’est valable ! Pensez bien qu’ils ne le feraient pas s’il n’y avait pas un intérêt certain à ce mode de déplacement.

1- C’est sympa et gratuit !

Plus sympa par beau temps, je vous l’accorde, mais dans tous les cas, vous rencontrerez beaucoup de gens sympa (il n’y a que les gens sympa qui s’arrêtent de toute manière) et vous passerez un agréable moment à discuter avec eux. C’est d’ailleurs le marché implicite que vous passez avec l’automobiliste. Il vous rend service gratuitement (en Europe, le stop est gratuit à une exception près : la Roumanie) donc rendez-lui la pareille.

Demandez-vous pourquoi il s’est arrêté :

  • Le plus souvent, il s’ennuie et cherche une présence pour l’occuper, lui faire la conversation.
  • Il a besoin qu’on l’écoute, vous serez son oreille attentive.
  • Il peut aussi vouloir passer un bon moment à discuter avec vous, il est curieux de savoir ce que vous faites sur la route.
  • Il vous a pensé en danger, si ce n’est pas lui qui s’arrête, peut être que quelqu’un de mal intentionné le fera
  • Plus rare, il est fatigué et va vous demander de conduire à sa place

Dans tout les cas, le mieux que vous puissiez faire et de faire l’effort de discuter avec lui. Ce n’est pas un taxi et, même si ce n’est pas un bavard qui vous a pris pour faire sa bonne action de la journée, tentez le coup : C’est votre manière de le remercier. Vous pouvez aussi partager votre pique-nique si vous allez manger ensemble.

Bon, ceci représente 99 % des cas. Il arrive parfois qu’on se demande pourquoi une personne vous prend… il/elle n’a pas envie de parler alors que vous voulez lui faire la discussion, ou il/elle avait une idée derrière la tête du genre malsain.

2- Dangereux ? Évidemment 😉

Sur ce dernier point des gens malsain et du « le stop : c’est dangereux », les gens font une généralité d’histoire entendue par machin, qui la connaît de truc sur l’histoire d’un auto-stoppeur agressée ou qui aurait agressé, mais on ne sait plus trop quand ni pourquoi… et le classique « Avec tout ce qui se passe aujourd’hui, on ne sait jamais bla-bla-bla… »

Demandez un exemple précis d’un crime commis contre ou par un auto-stoppeur et vous n’aurez souvent rien. Au mieux des statistiques (si vous en avez je suis intéressé) qui montrent que la probabilité d’avoir un problème et 5000 fois moins élevés que de se promener dans la rue et de se faire tuer par une voiture. La paranoïa est d’autant plus importante que la pratique est de moins en connu. Ceux qui en parlent en mal sont ceux qui n’ont jamais essayé. Pour preuve, il suffit de constater que beaucoup de ceux qui prennent des auto-stoppeurs aujourd’hui sont d’anciens pratiquants qui connaissent la réalité du stop et regrettent souvent qu’il n’y ait plus autant de pouces tendus sur les routes.

Donc, oui, le stop est dangereux, mais autant que de marcher dans la rue et comme un piéton, il y a des attitudes élémentaires à avoir du genre, ne pas monter dans une voiture de quelqu’un visiblement louche ou alcoolisé, se faire déposer sur une autoroute, etc. vous trouverez plus de conseils, en particulier pour les filles sur le site du routard (cf article « Technique et endroits stratégiques »)

3- Ça marche !

Tout vient à point à qui sait attendre… et qui sait bien se placer sur la route, trouver des endroits stratégiques, etc. En respectant quelques principes assez simples, le stop est vraiment efficace. De par mon expérience, je suis en général à peine plus lent qu’une voiture faisant une pause de temps en temps, parfois aussi rapide que si j’avais dû prendre le train. Bref, c’est variable, mais en règle générale, j’avance assez vite. Et, si attente il y a, c’est souvent compensé par le plaisir de passer le trajet de manière agréable à discuter.

Un petit point sur les « galères » liées au stop :

  • Longue attente (après plus de 1 h 30) : Rien de mieux pour apprendre la patience… de toute manière une voiture finira bien par s’arrêter. Toujours positiver, la fin est généralement bonne 🙂
  • La police : Les contrôles d’identités, se faire virer d’une voie express ou d’une autoroute ; cela arrive et particulièrement dans certains pays (genre l’Autriche). Éviter de vous retrouver sur l’autoroute et demander au péage où veulent-ils que vous vous placiez. Si vous vous faites contrôler, restez courtois et éventuellement allez-y au culot : demander s’ils ne leurs est pas possible de vous déposer à la prochaine station-service sur la route… cela a marché plusieurs fois pour moi.

4- Cela peut mener plus loin qu’un simple trajet en voiture

Beaucoup d’auto-stoppeurs ont eu le plaisir d’être invité à manger, dormir voir rester quelques jours chez la personne qui les avaient pris. Une conversation intéressante et un bon contact peuvent mener plus loin qu’un simple trajet en voiture.

5- Vous êtes rapidement au contact de la culture d’un pays

Il n’y a pas meilleur moyen de rencontrer des gens et d’être immergé rapidement dans leur culture quand on est à l’étranger. Apprendre quelques mots de la langue ou discuter politique, se faire peut-être inviter pour un café ou plus… Partout, le stop créé souvent de belles rencontres que vous n’auriez pas dans votre voiture, sur votre vélo ou dans le train.

Avec tous ces avantages, j’espère bien vous avoir convaincu de l’intérêt de voyager en stop ou, d’au moins essayer un jour… 😉

Pour aller plus loin, lire également Auto-stop : Techniques et endroits stratégiques

Vous devriez également aimer ...

4 réponses

  1. eddie de nantes dit :

    Merci pour ces infos précieuses et qui vont dans le bon sens!
    Tout s´annonce donc très bien!
    A une prochaine sur ton blog !

  2. Pierre dit :

    Je n’ai pas payé en Roumanie. Il y a des files de gens à la sortie des villes qui font du stop. Je me mettais toujours loin d’eux car ils dont du stop organisé et payant… ils te diront même les tarifs. En ne joignant pas le groupe, j’étais pris par des gens qui ne s’arrêterai pas pour les locaux mais qui sont curieux de prendre un touriste voir souhaitent pratiquer leur anglais. Il m’est arrivé une fois d’avoir un gars qui m’a pris et au moment de partir, j’ai eu le sentiment que même si il ne demandait pas d’argent, il aurait bien aimé une participation. Pour éviter ce genre de situation je demandais systématiquement avant de monter si c’était gratuit. Je te conseil également de faire cela en Turquie (et en macédoine…seul fois où j’ai eu un problème avec un gars qui me demande une somme déraisonnable et était aggressif) par précaution qui est un super pays pour faire du stop, super facile tant que tu restes là où il y a des routiers… si le premier camion ne te prends pas se sera probablement le second… et ils t’inviteront à manger et vas chercher pourquoi, presque systématiquement, ils s’arrêtaient pour m’acheter une bouteille de coca… Bref, aucune raison de s’inquiéter. Pays où tu vas probablement galérer : la Serbie. La Bosnie (J’adore Sarajevo) à bien marché pour moi, pas du tout pour un pote. Je galère toujours en Croatie mais j’ai des amis pour qui cela à super bien marché…. mais pour la Turquie, je suis certain que tant que tu ne vas pas trop dans les terres, le stop sera très facile. Les gens qui ne pratique pas le stop s’imagine toujours que c’est dangereux. Je n’accorde pas d’importance à leur opinions à moins qu’ils aient eux même fait du stop. J’ai utilisé la carte visa agir sans aucun souci tout le long du voyage.

    *Pierre Girardot* *Arzurwander.wordpress.com* Mobile : +614 66 99 47 48 | Skype : pierre_girardot

  3. eddie de nantes dit :

    Salut Salut, Pierre,
    Je prends aussi le temps de parcourir ton chouette blog et j ai une petite question concernant le stop. J ai déja traversé la France et l Allemagne ainsi, et je vais suivre plus ou moins ta route en Europe de l est, de Berlin a Istambul et je me demande si certains pays sont problematiques (comme par exemple le fait de devoir payer en Roumanie, comment tu faisais alors, tu payais?). J ai rencontré une Turque hier qui m a fortement déconseillé le stop en Turquie, très dangereux selon elle. Qu en pense tu ? Merci merci pour toute ces infos.

  4. Maxime dit :

    C’est vraiment très fort..Vraiment. je feuillète ton blog et c’est ..ouaw
    Et ça me donne vraiment envie d’essayer lorsque je serais un peu plus grand.

    Merci, beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *