Mon budget de tour du monde

Après 14 mois sur la route et un an en Australie à travailler, je me prépare pour la suite de mon voyage qui durera  x années  entre l’Australie et le Canada, un itinéraire que seul Dieu connaît, mais qui, j’espère, devrait m’emmener en Nouvelle-Zélande, Amérique du Sud puis Amérique du Nord.

Ce post sort un peu de l’idée « prouver que l’on peut voyager avec un petit budget », mais il aura le mérite de vous donner quelque orientation issue de mon expérience si l’envie vous prenait de partir pour un long voyage.

Jusqu’ici, j’avais une approche assez simple du budget : 200 € par mois que ce soit en Europe ou en Inde. 5 € par jour pour les frais de logement et nourriture et 50 € extra pour payer les Visas et autres imprévus. Si je dépassais le budget un certain mois, j’essayais de moins dépenser le mois suivant. Pour avoir les montants exact de mes dépenses durant mes 14 mois de voyage avec 3000€, vous pouvez allez lire ce post.

Cependant, les derniers mois de voyage m’ont appris à être un peu plus réaliste sur le type de dépense rencontré en voyage. En partant du Sénégal, j’avais certes une idée du montant des VISAS, de l’assurance voyage, mais je n’avais pas prévu d’être bloqué à une frontière et d’être obligé de prendre l’avion trois fois à cause de l’expiration proche de mon Visa Australien, du Visa chinois qui m’était refusé et des frontières terrestres fermées de la Birmanie. Je n’avais pas prévu non plus de renouveler une partie de mon matériel sur la route.

En y réfléchissant un peu plus, je réalise qu’il aurait été aussi bon d’avoir de coté assez d’argent pour payer un billet d’avion vers la France au cas où.

En cas de problème financier, je considère également l’option de voler vers le Canada : sachant que j’ai un master, que je parle anglais et français, il me sera très facile d’avoir le statut de résident permanent au Québec et d’avoir donc le droit d’y travailler. Je n’ai aucune idée des salaires là-bas, mais ce qui est sûr c’est que travailler 35 h par semaines et passer 2 ans à économiser ce que je peux gagner en un an à travailler 70 h… le choix est vite fait quand l’idée est de travailler pour passer le maximum de temps à voyager.

Autre dépense à prévoir après un ou deux ans : un ordinateur et un appareil photo. Ces derniers voyagent plutôt mal en sac à dos. Mon Asus après 1 an et demi de bon service a pris un coup de vieux (faux contact du câble LCD, un port USB capricieux, 3 h d’autonomie batterie).

Bref, le budget des prochaines années prendra en compte ce genre d’imprévu et si mon budget de 5 € par jour m’a permis d’arriver en Australie avant d’épuiser complètement mes économies, la suite du voyage devrait pouvoir se faire avec un peu plus d’aisance financière grâce à l’argent gagné en Australie.

Je ne pense quand même pas rentrer dans la catégorie « petit budget » du routard ou du LP, mais je devrais m’en approcher.

Nouvel objectif : 15 $ (11,5 €)/jours ! Je sais, je sais, je m’embourgeoise 😉

J’ai fait ce budget en dollar, car mes économies sont en dollars et ce sera ma monnaie de référence pour le reste du voyage.

Pour info, 23000 USD font 19000 €. Je n’ai pas encore ce montant en banque, mais cela devrait être possible d’ici l’expiration de mon VISA australien. Il est néanmoins rassurant de savoir que je peux voyager avec deux fois moins d’argent donc même si je n’ai pas assez d’économie, ce n’est pas l’argent qui m’arrêtera.

Vous noterez qu’il n’y a pas de catégorie « activités, musée, etc. » : le fait est que j’ai assez d’aventure à voyager en auto-stop et faire mes treks en solo. Je n’irai donc pas payer pour ce que je peux avoir gratuitement et en moins touristique.

Je n’y inclus pas les frais d’avant départ, achat de matériel, etc. J’ai investi environ 1500 $ pour renouveler/optimiser mon matériel, notamment :

  • Une tente plus spacieuse, mais deux fois plus légère que la précédente.
  • Un sac de couchage de qualité et plus léger que l’ancien qui perd ses plumes.
  • Un APN étanche (le lumix TS3 de Panasonic) pour toutes les fois où je n’osai pas sortir mon reflex à cause des conditions climatiques ou quand je voulais être discret.
  • Un nouveau netbook qui me permettra de travailler sur les video HD du lumix et sur mes photos en format RAW.
  • Des sous-vêtements en laine mérinos.
Plus de détail sur le matériel dans un prochain post…

La chance d’être en Australie, c’est que j’ai pu tout acheter en ligne aux USA et que je ne paye aucune taxe tant que ma commande est inférieure à 1000 $. J’économise facilement 20 à 30 % comparé aux prix en France.

Voilà pour le budget. Si vous ne me voyez pas revenir en France ou si je ne suis pas au Canada dans 3 années, c’est peut être que je me suis trompé dans mes estimations et j’ai réalisé que j’avais assez d’argent pour voyager un ou deux ans de plus 😉

Vous devriez également aimer ...

6 réponses

  1. Nicolas dit :

    Merci pour ta réponse détaillée!

    Effectivement un tarp pour les pays chauds/tempérés au moins peut suffire, et c’est léger! Tu as toujours des bâtons de rando avec toi?

    Je comprend mieux comment tu fonctionnes, alternant autonomie totale et repos dans les guest houses! Idem pour le long terme, si tu arrives à acquérir plusieurs savoir faire et de nombreuses expérience ça aide toujours…
    J’ai lu l’article sur les sites miniers en Australie je n’avais jamais entendu parler de ça, c’est un super tuyau, le salaire est plus élevé que ce que j’aurai cru et surtout tu est logé/nourris!

    J’ai hâte de lire la suite de tes aventures!

  2. Pierre dit :

    Depuis le Nepal et ma première expérience d’un trek avec des bâtons, je ne les quitte plus 😉 J’étais assez critique avant d’essayer (le « clic-clic » ennuyant, les petits trous sur le chemins, le look de mante religieuse) et puis j’ai vite été convaincu de leurs intérêt et les randonneurs qui ont essayer et m’ont dis qu’il ne voyaient pas l’intérêt, c’est simplement car il ne savent pas les utiliser correctement. Donc oui, plus jamais sans mes bâtons surtout que black diamond produit le modèle Zpoles « distance », léger et qui rentre parfaitement dans mon sac.

  3. Nicolas dit :

    Salut!

    Ton budget me fait halluciner! Et pourtant je lis bcp de blogs! J’ai souris quand tu dis que tu es plus réaliste et que tu t’embourgeoises, et mnt tu sais exactement de quoi tu parles puisque tu le vis!
    Tu as pris quelle tente? Et quel sac pendant qu’on y est? Tu dors donc souvent dehors un peu n’importe où? En Asie par exemple? Comment procède tu pour laver ton linge, prendre une douche, en gros les trucs que tu peux faire que en camping ou guest house? Du coup tu ne fatigues pas d’être souvent dehors ect, sur le long terme?

    J’ai un projet de voyage à long terme comme toi, j’aime randonner léger et voudrais partir dans la même optique avec le même genre de matériel, j’ai un macbook air qui sera sur sa fin de vie mais je ne sais même pas si je l’emmènerai, faire des trek avec 1kg qui sert à rien dans le sac…Ou alors le laisser je ne sais où? Et puis le risque de vol est élevé, mais c’est vrai que ça peut-être pratique, d’ailleurs je vise aussi un kindle et j’apprends sur ton article que l’ancienne version à une fonction 3G qui permet de se connecter à internet gratuitement en 3G? C’est fou ça! Bon après la couverture 3G et celle en wifi doit être proche mnt et je suppose que sur le nouveau on peut faire pareil en wifi…

    Tu es déjà allé en Nouvelle Zélande ou ça va venir? Tenir 10$ par jour ça va être serré, si tu veux manger à ta faim puisque j’ai bien compris que les déplacements sont gratuits pour toi avec l’autostop (quoiqu’il te faut payer par exemple le bateau pour passer à l’île du nord à celle du sud)

    Rien à voir mais à propos du voyage à long terme, je suppose que tu dois avoir dans les 25ans et que donc tu n’as pas d’autres économies que celle liée à ton voyage, quand on te parle de la retraite, d’avoir un apport pour investir un jour dans la pierre ou simplement pour les vieux jours tu réponds quoi?

    Désolé pour toutes les questions je vais continuer à explorer ton blog, et félicitations pour ton parcours passé et à venir!

  4. Pierre dit :

    Bonjour Nicolas,

    Merci pour ce commentaire… Il y a de quoi faire 2 ou 3 articles sur les sujets que tu abordes genre « Sécurité financière du nomade » (je cherche encore la solution…) ou « Hygiene on the road »

    Pour répondre dans l’ordre à tes questions :
    — Le sac à dos que j’utilise est l’ultralight 50L forclaz de D4 : Il a très bien tenu pendant 14 mois et je pense qu’il tiendra encore longtemps. De plus, il a perdu son aspect « neuf »… Cela attirera toujours moins l’attention. J’ai enlevé l’armature pour la remplacer par un bout de mon vieux matelas de sol : Gain de poids et plus confortable.
    – Sac de couchage : Western mountaineering; modèle Caribou (je voulais un full zip lengh… pratique en climat chaud)
    — La tente : La ferrino lightent est super pour le prix, très résistante, la couleur verte permet de se cacher partout… mais elle est lourde. J’ai acheté la tarptent de contrail. Pas encore testé sur le terrain.
    — Le linge : Je n’ai que des vêtements en synthétique qui sèchent vite. J’ai toujours de la lessive avec moi (le coup du savon, ça va un moment, mais bon… cela ne lave pas aussi bien) est le premier lavabo avec de l’eau chaude, je prends. En Asie, certaines guesthouse ne veulent pas que tu fasses la lessive dans leurs lavabos donc solution : Tu trouves une bassine ou, plus probable, une poubelle (vide est propre), tu prends une douche, remplis la bassine au passage est fait ta lessive. Si tu n’as pas de guesthouse, les stations-services font l’affaire, mais tu n’auras pas le temps de laisser tremper. Prévois un truc pour boucher le lavabo.
    — Les douches : Les stations-services pour routiers proposent généralement des douches. Les fontaines publiques, les lavoirs, le robinet des cimetières sont aussi bien pratiques. Les gens ne te feront pas de remarques tant que tu ne pollues pas l’eau avec ton savon. D’où l’importante d’avoir une tasse avec une bonne contenance pour prendre l’eau et t’asperger avec (bien s’éloigner surtout s’il s’agit d’une source dans la nature…privilégier les savons à base vegetales).
    – Je dors n’importe où tant que j’arrive à trouver un endroit sûr (police et camera aux alentour ou, au contraire, bien isolé et bien bien caché). En asie, j’ai beaucoup moins dormis dehors car les gens m’invitaient et les hotels étaient vraiment pas cher.
    — Il est fatiguant de dormir dehors pour diverses raisons : Le climat (trop froid ou trop chaud pour bien dormir), tu te réveilles avec le soleil et en été, les nuits sont trop courtes ; le stress t’empêche d’avoir un sommeil de qualité quand tu dors en ville ou qu’il y a un risque de se faire surprendre (car en ville, mieux vaux dormir sur une propriété privée, un jardin… C’est toujours plus sûr que l’espace public)
    Solution : Prévoir d’avoir de l’ombre sur ta tente le matin, éviter de dormir en ville, se cacher aussi bien que possible.
    En règle général, j’ai rarement passé plus de 3 ou 4 jours non-stop à dormir dehors, car je faisais du couchsurfing, j’étais invité chez l’habitant ou je trouvais une guesthouse bon marché. Camper 3 jours dans une ville et je deviens fatigué, si je suis dans la nature, cela dépendra du climat, mais une semaine n’est généralement pas un problème.

    – Tenir le long terme : Je serais épuisé si je ne me posais pas de temps en temps. Je sais que si je pousse trop, j’attrape un coup de froid. Chaques 3 ou 4 semaines, je sens qu’il faut que je me pose et je m’offre un peu de confort et reste au même endroit entre 4 et 7 jours. J’ai aussi constaté qu’environs tout les 4 mois, j’avais besoins d’un vrai break. J’ai ainsi passé 2 semaines dans une guesthouse au Kyrgyzstan, ne faisant que des trip de 2 ou 3 jours et revenant toujours au même endroit. Puis en thailand, 3 semaines dans une ferme acceuillant des volontaires du monde entier.

    – Je n’ai pas encore été en Nouvelle-Zélande. Le bon plan pour vivre avec peu d’argent en NZ comme partout, c’est le woofing. Camper en NZ n’est pas un problème (beaucoup d’espace), le stop marche très bien. Je devrais m’en sortir facilement avec mes 15 $. Effectivement, j’aurais à payer le bateau.

    – J’ai 26ans. Je me pose parfois la question du futur, me demande comment générer un revenu passif (grâce à ce blog ?), m’inquiète pour mon avenir professionnel, etc. et puis je me rappelle pourquoi je suis là et comment ma vie s’est enchaînée dans une logique qui m’a parfois échappé, mais qui m’a amené à faire ce voyage. Je crois en Dieu et au fait que rien n’arrive par hasard. J’essaye autant que possible d’être attentif aux signes qu’il m’envoie et de prendre des décisions basées sur mon instinct dans la situation présente et non pas sur une peur du futur dicté par des conventions sociales et une certaine définition de ce qu’est « réussir sa vie « .

    Rajoute le fait qu’être nomade à plusieurs avantages : Tu vas là ou le travail est disponible (l’Europe se casse la figure, pourquoi ne pas aller travailler au Quatar un an ou deux ?), tu n’as pas les frais du sédentaire (emprunt maison), tu as assez voyagé pour connaître les endroits où tu peux vivre avec presque rien (tu peux vivre un an en Inde avec 1000€…facile), tu n’as aucun problème à aller faire des formations là où c’est le moins cher (Diplôme the Thai massage : 400$ en Thailand, 2000$ en Australie), tu accumules les expériences professionnelles (petit boulot j’entends) dans plusieurs pays ce qui te rends facilement employable partout dans le monde, rajoute à ça le fait que tu as des contacts dans le monde entier…

    Et quand tu seras vieux, tu auras assez de connaissance pour finir ta vie dans une maison que tu auras construite toi même, tu feras de la permaculture et sera autonome en nourriture. Tu auras la super forme car tu n’auras pas forcé ton corps à travailler la majeure partie de sa vie et tu fais du yoga de temps en temps. Pour faire un peu de sous et payer la connexion internet (quand même, il ne faut pas rigoler) tu proposeras tes services comme Shiatsu/Thai masseur. Ce n’est qu’un scénario, mais il me donnerai presque envie d’être vieux 😉

    Bref, aucune raison de s’inquiéter 🙂

  5. Pierre dit :

    Merci Dame. Bonne fêtes de fin d’année à toi et aux rares collègues de l’ADOS que j’ai connus… (il en reste ? Pape sans doute…)
    Adjarama (Tu as amélioré ton Poular ? 😉 )

  6. Dame NDIAYE dit :

    Bonjour Pierre
    Merci de ces infos
    Bonne suite du voyage
    Bonne fête de fin d’année

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *