De retour chez les Latins !

J’aime Paris, mais avec modération. Trois ou quatre jours me suffisent pour atteindre ma limite de tolérance en termes de bruit, pollution et concentration de population. C’est le délai que je me donne pour profiter de la ville, me promener dans les jardins et aller faire un tour au sacré cœur car je sais qu’une fois passé les trois premiers jours, je verrai tout d’un œil plus négatif. Le lien avec Buenos Aires me demanderez-vous ? Et bien je m’y suis senti comme à Paris.

Comme un (gros) bateau mouche sur la Seine

On dirait qu’Hausmann est passé par là et qu’il s’est amusé à y faire ses damiers et des avenues tirées au cordeau. L’architecture des bâtiments est similaire à ce que l’on trouve à Paris, les stations métros ont la même odeur, le trafic des voitures est dense et l’usage du klaxon, qui a épargné mes oreilles pendant mon séjour en Australie et Nouvelle-Zélande, est de retour en force. Les gens s’embrassent et s’expriment bruyamment dans la rue (je n’ai pas vu ça depuis que j’ai quitté l’Europe). Même l’ambiance est là. Il manque quelques jardins à la française en cœur de ville, un peu de relief et un peu plus de multi-culturalité mais à part cela et le Tango, Buenos Aires n’a pas volé son surnom de « Petit Paris » (et c’est un Uruguayen qui me l’a appris).

Et comme Paris, après cinq jours à marcher dans la ville et faire les musées, je commençais à fatiguer de toute cette animation. Je suis donc allé à Montevideo, de l’autre côté d’un fleuve tellement large qu’on n’en voit pas l’autre rive et qu’il faut deux heures de traversée. Les gens d’ici l’appellent « la mer » et c’est seulement car l’eau est chargée de limon que l’on ne s’y laisse pas prendre.

Que dire de Montevideo… mmm c’est petit, la vieille ville est jolie, mais sans plus, le musée d’histoire expose principalement des répliques et les gens marchent dans la rue avec leur thermos et leur calebasse de mate dans une ambiance détendue. Peu de trafic, les gens s’arrêtent pour laisser passer les piétons… Une promenade au marché du dimanche m’a ramené encore un peu plus en France et loin des faux marchés couverts d’Australie. Bref, rien à voir avec la Capitale voisine mais au moins, c’est relaxant.

Après une semaine et demie en Amérique du Sud, il ne fait aucun doute que je me sente plus proche des gens d’ici que des Australiens ou des Nouveaux Zélandais.

Cela fait du bien ce petit retour chez les Latins…

La bise !

P.-S. J’écris cet article en Français pour rester dans l’ambiance et me rassurer sur le fait que je sais encore écrire en français. 

P.-S. Pour en laisser un autre s’exprimer  sur le sujet et vous faire découvrir un super blog, allez lire Les 77 raisons pour lesquelles Paris, c’est la plus belle et la plus chouette ville du monde

Vous devriez également aimer ...

3 réponses

  1. Pierre dit :

    Cool, merci pour les nouvelles, content de savoir que vous voyagez toujours 🙂 J’ai noté la locations des quebradas. J’ai déja visiter BA en faisant du Couchsurfing et je ne compte pas y retourner mais merci pour l’offre. Bisous à tous ! *Pierre Girardot* *Nomadxperiment.wordpress.com* Skype : pierre_girardot

  2. berto & cécile & Selma dit :

    Salut,
    Contents d’avoir des news à nouveau… On rentre tout juste d’un petit séjour au Maroc… Alors à toi l’Amérique à ce que je vois!!!
    J’ai un très bon pote sur B.Aires, qu’on a visité l’hivers dernier d’ailleurs, il est marié à une portenas depuis qq années et est tombé amoureux du pays. Si t’as besoin d’info, ou envie de boire avec lui une Qilmes à ma santé ou un Fernet-Coca, je te passe ses coordonnées en MP. Bonne continuation…Bien que relativement cher, le Nord-Ouest Argentin est carrement fabuleux, magique, grandiose et fantastique!!!! Rien que ça et je pèse mes mots!!!! les quebrada de Humahuaca, de las conchas, et Calchaquies sont de pures merveilles de la nature.
    Toute la famille t’envoie de Gros bisous

  3. helene dit :

    ca fait du bien de lire quelque chose de clair, la traduction donne souvent des phrases loufoques…

    bises bretonnes !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *