Des « – Comme Pekin-express ! » et « Into the wild »…

De nombreuse fois, j’ai rencontré des personnes qui ont comparé ma manière de voyager à ce produit TV qu’est Pékin Express et depuis cette année, à « Into the wild ». Allez savoir, cela m’agace. Je ne vais pas agresser les gens pour avoir une course gratuite, je n’ai jamais demandé à dormir chez l’habitant, je ne suis pas non plus un gars à l’esprit torturé, qui fuit le monde plutôt que de partir le découvrir. Le voyage est une démarche personnelle et personne n’a la même.

Pekin Express

Il y a certaine démarche que je n’aime pas : Celle de Pékin Express est déplorable, car elle consiste à abuser de l’hospitalité et la gentillesse des gens dans le but de gagner un prix, de l’argent d’un montant qui serait indécent de dire dans la plupart des pays traversés « – héberge-moi gratuitement ! J’ai une course à gagner pour avoir autant d’argent que tu gagnerais en travaillant toute ta vie ». Bonjour l’image des Français véhiculée par cette émission à l’étranger : des radins, qui s’imaginent que dans certain pays, l’hospitalité est complètement gratuite et que c’est presque un privilège pour les locaux d’être choisi par eux, car ils auront le plaisir, pense t’on, d’être envahis par la « modernité » que représente une équipe de caméraman.

Alors s’il vous plaît, si vous voyez un bagpacker sur la route, surtout ne lui parlez pas de cette foutue émission, je doute qu’il apprécie ;).

Into the Wild

« Into the wild », film que beaucoup de gens ont vu et fait peut-être rêver d’aventure, montre une démarche plus basée sur la fuite que sur la découverte des autres.  L’absence d’émotion quand il quitte les gens rencontré sur sa route montre bien sa détermination…

« Le bonheur est fait pour être partagé « …Supertramp l’aurait compris bien avant l’Alaska s’il avait été plus dans le partage pendant son voyage, pourtant riche en aventure et bon moments.

Mais je comprends sa démarche et la préfère à celle d’un Pékin Express. Comme lui, je fuis aussi quelque chose : un style de vie, une routine. Néanmoins et contrairement à lui, je pense voyager avant tout pour combler ma curiosité du monde, de l’Autre, de sa culture et pour laisser libre court à mes pulsions nomades.

Comme lui, je voyage seul et parfois, je ne souhaite pas partager le moment présent, car je pense le vivre plus intensément seul qu’a deux…Entre être seul dans un désert ou être à deux…La situation perçue est complètement différente. Enfin, si j’ai un problème, je veux être le seul responsable de ce qui m’arrive et pour finir, voyager seul favorise les contacts avec les gens, car il n’y a que vers eux que je peux me tourner. En dehors de ces moments de solitude choisie, je suis tout le temps dans le partage, durant mon voyage avec ceux que je rencontre puis après, avec vous, via ce blog et mes photos

My way

Oui, vous pouvez me dire que je suis en train de juger la manière de voyager d’autres personnes. Je pense néanmoins que, quelle qu’elle soit, elle doit favoriser l’ouverture aux autres dans un échange  qui respecte les différences culturelles. Le reste relève de chacun : fuite , recherche de soi, de ses limites, etc.

Plutôt que Pékin express, j’aimerai vous donnez de nouvelles références plus en rapport avec un voyage éthique : Je vous suggère de lire des livres Nicolas Bouvier, notamment l’exceptionnel « l’Usage du monde » ainsi que les livres de Bruce Chatwin et en particulier « Anatomie de l’errance » et « Le chant des pistes ». Ce dernier écrivain voyageur a simplement changé ma vie. J’y reviendrai un jour.

Sinon, vous pouvez aussi dire au prochain Bagpacker rencontré qu’il vous rappelle « On the road » de Jack Kerouac, il appréciera 😉

Vous devriez également aimer ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *